Nous vivons une vraie crise de la représentation

fd


... et donc une crise politique. Nous continuons à penser et à percevoir le monde selon des conceptions dépassées issues des Temps modernes. Un peu comme ces étoiles dont nous admirons l’éclat alors qu’elles sont éteintes depuis bien longtemps…
 

Aujourd’hui le cœur des savoirs, son mouvement infus, n’est plus la séparabilité et ses différents attributs (séparation homme/nature, sujet autodéterminé (homme maître et possesseur de lui-même), temps linéaire, objectivité, chosification, propriété, causalité locale, identité, déterminisme, verticalité… et leurs conséquences sociales ou politiques :  imaginaire du progrès infini, économisme, réductionnisme, rationalisation, individualisme, productivisme…). Mais sans doute l’interdépendance ou plutôt la transdépendance (chaque domaine étant lui-même traversé par un dehors) comme le traduisent les différents thèmes et leur évolution dénommés ci-après. En d’autres termes la question des liens et de la transdépendance creuse aujourd’hui l’ensemble des savoirs comme celle de l’histoire les creusèrent au 19ème siècle ainsi que le développa Michel Foucault dans Les Mots et les choses.
 

Pour l’exprimer de manière succincte, nous passerions d’une société constituée d’objets distincts gouvernés par des forces extérieures à une société de relations, de flux, d’émergences ou d’interactions. Ce mouvement ne date pas d’hier -le darwinisme, la physique quantique, la psychanalyse, l’art sans représentation ou la philosophie « des flux »… en attestent- il est un long processus mais qui n’a pas encore réellement infusé notre société, le corps social autant que nos manières d’éprouver et d’habiter le monde.


 

“Il n’y aurait eu de Révolution française si elle n’avait été précédée des multiples encyclopédies (dont celle de Diderot et d’Alembert) qui déployèrent un espace mental et culturel commun”

 

Sophie Wahnich

 

 

Le Parlement des liens a pour ambition de partager ce nouveau paysage, d’en traduire la courbure et les multiples articulations. D’ouvrir donc de nouveaux horizons en réapprenant ensemble à dire le monde « redevenu infini » selon des syntaxes différentes ou des nouvelles lignes. Mais également bien entendu de déconstruire par là même la langue encore dominante de l’économisme et du politique notamment, captive des insularités, de la séparabilité ou de la réification. Car si nous voulons relever les immenses défis qui se posent à nous – environnementaux, psychiques, sanitaires, politiques, économiques ou sociaux - il est urgent collectivement de penser, d’expérimenter, de faire vivre cette transition qui touche à la fois nos savoirs mais également nos perceptions et nos émotions.

fd

Le Manifeste

 

Le Mouvement

ou la Danse des savoirs

Nous avons choisi 34 domaines parmi les plus exemplaires même si ils ne sont pas exhaustifs, qui illustrent ce mouvement, soit le passage du paradigme de la séparabilité à celui de l'interdépendance ou la transdépendance. Chaque domaine a été représenté par un voire plusieurs parlementaires qui ont éclairé cette transition, à la fois éminents experts et sensibles au dehors de leur discipline.

Ces parlementaires se sont exprimés, ont débattu et partagé afin de reconsidérer nos manières de percevoir le monde et de répondre aux nombreuses crises qui nous traversent.

Artwork
fd

Qui sommes-nous ?

Une initiative des éditions

Les Liens qui Libèrent

 
 

Le Parlement des liens est une initiative de la maison d’édition Les Liens qui Libèrent.

 

Créée en 2009 par Henri Trubert et Sophie Marinopoulos, elle est spécialisée dans les domaines de la politique, psychanalyse, économie, sciences, philosophie, documents...

Elle publie environ 30 livres par an et compte parmi ses auteurs Joseph Stiglitz, Jean Claude Ameisen, David Graeber, Frans de Waal, Bernard Stiegler, Guillaume Pitron, Jeremy Rifkin, Pablo Servigne, Roland Gori, Patrick Viveret, marie-José Mondzain, Joël de Rosnay, Abdennour Bidar....

CHOIX 1 LLL (credits Réda Settar) .jpg

Henri Trubert et Sophie Marinopoulos

Photographie de Réda Settar

fd

Les Partenaires

 

Le Département culture et création du Centre Pompidou

Il coordonne la programmation vivante de l’établissement : parole, performance, cinéma, spectacle vivant. Au travers des festivals, des cycles, de sa saison de spectacles et des nombreux rendez-vous qu’il propose, il développe une approche prospective à l’écoute des artistes et des auteurs d’aujourd’hui et attentive aux enjeux sociaux de notre temps. En lien étroit avec le Musée national d’art moderne, il jette des ponts entre l’actualité des formes artistiques et celle de la vie des idées, contribuant à faire du Centre Pompidou un espace d’échanges et de débats où les savoirs et la création trouvent à dialoguer.

CP_LOGO_TYPO.png
fd

Agir pour le vivant

Le Parlement des liens est un programme associé à Agir pour le Vivant. Agir pour le Vivant vise à organiser dans la durée un programme de réflexions et d’expérimentations territoriales afin de repenser la manière avec laquelle l’ensemble du vivant se côtoie et notre façon d’habiter le monde aujourd’hui.

LOGO_APV.png